L’airsoft, une activité écologique ?


Connaissez-vous l’airsoft, cette activité qui vous mène en pleine nature pour échanger des tirs contre des adversaires avec des armes factices ? Dit comme ça, on pourrait croire qu’il n’existe pas de sport plus à même de laisser un impact sur l’environnement et pourtant, de nombreuses mesures sont prises afin de faire en sorte de laisser une trace minimale sur le terrain de jeu. Pas convaincu ? Laissez-moi vous prouver que c’est bien le cas.

Airsofteurs à l'assaut

L’airsoft : une activité de plein air

L’airsoft est une activité que l’on pourrait associer à un sport car elle en reprend de nombreux éléments : équipes, objectifs à atteindre, obligation de s’investir pour réussir… Pourtant, il ne s’agit pas d’un sport pour une raison simple : il n’existe pas de compétition officielle.

En effet, l’une des bases de l’airsoft est de tirer sur l’adversaire pour l’éliminer (durablement ou temporairement selon les règles de la partie) mais, à l’inverse du paintball qui laisse une trace visible sur celui qui est touché, le jeu se base sur la bonne foi du joueur touché : si celui-ci ne se déclare pas touché, il continue de jouer et déséquilibre ainsi la partie. Or, sans cet arbitrage définitif, impossible de mener une compétition officielle avec tous les enjeux que cela implique. On se contentera donc de considérer l’airsoft comme une activité et non un sport.

Au-delà de ce point de détail, l’airsoft est une pratique assez simple à comprendre. Une partie voit s’affronter deux (ou plus selon les cas) équipes qui doivent atteindre un objectif prédéfini pour remporter la partie. Cet objectif peut varier d’une partie à l’autre, du plus simple (élimination de l’équipe adverse) au plus complexe (scénario d’inspiration militaire avec un background très poussé), tout dépend de la volonté des joueurs.

Dans les faits, une partie peut prendre place dans un intérieur (bâtiment abandonné ou dédié) comme en extérieur (dans une forêt ou un terrain balisé et équipé). Chaque joueur dispose d’une réplique airsoft qui projette des billes via un système électrique, de gaz ou de CO2 qui permet de simuler la réaction d’une arme à feu sans risquer d’accident grave.

 

Et l’impact sur l’environnement dans tout ça ?

Si vous avez bien suivi, vos cheveux se sont sûrement hérissés sur votre tête : quid de l’impact sur la nature quand on imagine un airsofteur tirer à vue sur un adversaire avec un fusil à pompe airsoft qui propulse à l’aide de gaz des billes dans toutes les directions ?

Eh bien, sachez que la plupart des airsofteurs se sentent concernés par les questions écologiques et s’équipent en conséquence, incitant les fabricants à développer des solutions soucieuses de l’environnement. A commencer par ces fameuses billes que l’on peut choisir sous un format biodégradable : composées d’amidon, elles vont disparaitre au bout de quelques années, évitant ainsi de polluer les sols.

Pour le gaz, il en va de même : les fabricants sont contraints d’utiliser des gaz conformes aux normes en vigueur dans l’Union Européenne. De fait, ces gaz ne sont pas nocifs pour l’environnement ou encore pour la couche d’ozone.

Un dernier point pour rappeler qu’il existe un code de conduite tacite que respectent les airsofteurs (à retrouver ici) et que celui-ci contient un passage de grande importance sur le respect du site et de l’environnement.