Haut-Thorenc, promouvoir le retour des espèces perdues


La préservation de l’environnement passe bien évidemment par le respect par l’Homme de sa place dans la nature. Il s’agit de prendre soin de l’environnement en général mais de se soucier également des espèces animales qui nous entourent, ce qui ne fut pas toujours le cas. Partant de ce principe, la réserve biologique des monts d’Azur cherche à rétablir le lien entre l’Homme et l’animal en prouvant que la cohabitation est possible. Direction le Sud de la France pour découvrir ce fantastique projet.

Bisons d'Europe au Haut-Thorenc

Bison d’Europe et cheval de Przewalski, un retour en grande pompe

Le projet qui meut les équipes de la Réserve biologique du Haut-Thorenc est simple : permettre à des espèces animales aujourd’hui menacées par l’activité humaine de reprendre leur place non pas dans un zoo mais bien dans un espace sauvage où l’humain n’est pas le maître mais bel et bien l’invité des hôtes du lieu.

Parmi les nombreuses espèces animales et végétales qui cohabitent sur le domaine (cervidés, loups, renards, sangliers et autres rapaces pour ne citer qu’eux), le projet s’articule en grande partie sur la réintroduction de deux espèces  qui vivaient autrefois librement en Europe : le bison d’Europe et le cheval de Przewalski. Ces deux espèces ont cohabité librement avec l’Homme jusqu’à ce que celui-ci prenne une place trop importante pour que ses voisins puissent encore survivre au même endroit.

Le bison d’Europe aura subi les effets d’une chasse forcenée (bien que moins importante et destructrice que celle menée contre son cousin américain) cumulée à la destruction de son habitat naturel. En effet, celui-ci se plait dans les forêts dont la taille a diminué, résultat direct de l’agriculture. Le bison d’Europe aura alors vu ses effectifs diminuer avant d’être sauvé grâce aux zoos puis réintroduit. Le domaine du Haut-Thorenc accueille rapidement des spécimens qui, aujourd’hui, vivent à l’état sauvage dans les forêts des Alpes-Maritimes.

HautThorenc-chevalPrzewalski

Le cheval de Przewalski quant à lui, à connu un destin assez similaire. On estime que l’animal (ou du moins une espèce très proche) était courant en Europe durant la préhistoire ; en témoignent les nombreuses représentations dans l’art rupestre, aux côtés du bison d’Europe. Là encore, l’Homme fut en grande partie responsable de sa disparition en le chassant pour rapporter des spécimens dans les zoos européens. Ironie du sort, ce sont ces mêmes zoos qui ont permis de sauvegarder l’espèce avant de mener des projets de réintroduction à l’état sauvage, à l’image de celui mené par la Réserve des Monts-d’Azur.

 

La Réserve biologique du Haut-Thorenc pour un séjour découverte

Si vous souhaitez aller à la rencontre de ces espèces dans leur habitat naturel, une visite à la Réserve biologique du Haut-Thorenc s’impose. Situé dans le département des Alpes-Maritimes, dans la commune d’Andon,  le domaine accueille les visiteurs tout au long de l’année pour découvrir la vie sauvage dans son environnement.

Et pour observer le monde animal dans toute sa splendeur, la réserve vous invite à choisir entre différentes solutions d’hébergement. Que diriez-vous de vous fondre dans le paysage dans un écolodge intégré à son environnement pour saisir la vie sauvage aux plus belles heures de la journée ? À moins que vous ne préfériez faire l’expérience d’une villa bioclimatique ou encore profiter d’une chambre dans un manoir provençal typique. À vous de choisir comment vivre une expérience qui sera, à n’en pas douter, exceptionnelle.