La Couche d’ozone : constat et réalité


La couche d’Ozone, connue depuis 1913, sert à filtrer les rayonnements solaires ultraviolets qui sont dangereux pour l’organisme. C’est donc un agent protecteur de grande qualité pour les êtres vivants, mais qui est hélas n’est plus tout à fait intacte à cause des différents trous qui se forment au fur et à mesure des années. En effet, à cause de différents gaz émis par les industries et autres technologies comme le chlore ou encore le brome qui, à trop fortes doses, polluent l’atmosphère et fragilise la couche d’Ozone. A ce jour, plusieurs trous ont été repérés par les scientifiques, ainsi qu’une diminution considérable de sa couche. Cependant, des nombreux actions sont entreprises depuis plusieurs années afin de sauvegarder la couche d’Ozone et même essayer de résorber le trou le plus important que les chercheurs ont localisé.

La couche d’Ozone : Essentielle pour la vie sur terre

La couche d’Ozone joue un grand rôle dans la vie terrestre et devenant une sorte de protecteur en limitant les effets du rayonnement solaire bourré d’ultraviolets. Cette fine couche qui nous protège permet de limiter les risques de cancer, mais aussi de brûlures de la peau et enfin la survie de nombreuses espèces vivantes. Or cet élément essentiel à notre bien-être connaît depuis la fin des années 70 un appauvrissement de sa couche, que l’on a donc appelé « trous » car elle ne contient plus que 220 Dobson, au lieu de 300 pour une sécurité maximale.

Une situation alarmante mais prise en main

Avec ces « trous » qui ne cesse d’appauvrir considérablement la couche d’Ozone, notamment au-dessus de l’Arctique, de nombreux états ont décidé de tirer la sonnette d’alarme et de prendre les choses en main. Depuis la signature du protocole de Montréal en 1987, de nombreuses substances nuisibles pour l’air et pour la couche d’Ozone ne sont donc plus, ou très peu utilisées. De plus, lors de la Journée internationale de la protection de la couche d’Ozone du 16 septembre dernier, les nombreux efforts entrepris depuis des années ont été mis en avant et félicités. Ces actions ne cessent d’ailleurs pas de se multiplier partout dans le monde avec une véritable conscience écologique.

Même si les écologistes et les défenseurs de la planète nous alarment sur la fragilité de la couche d’Ozone, il faut savoir que rien n’est perdu. En effet, avec les différentes démarches entreprises et la prise de conscience de la plupart des pays, il est possible qu’elle retrouve sa capacité d’antan dans environ 50 ans. D’ailleurs celle-ci est sans cesse surveiller depuis l’espace par l’Agence spatiale européenne qui ne reste pas les bras croisés. Une grande dose d’espoir donc pour retrouver une couche d’Ozone saine et une atmosphère moins saturée, pour le bien-être et la survie de tous les habitants de la Terre.